Retour sur scène

Il m’aura fallu une semaine complète pour encaisser le coup après avoir été contraint de renoncer à mon périple en Alsace. Ajoutée à la semaine de repos que je m’étais imposée au préalable, avant de comprendre que finalement je ne partirai pas, ça faisait donc un petit moment que je n’avais plus posé mes fesses sur une selle.
A vrai dire, j’avais même plus ou moins envisagé de clôturer ma saison, tellement ma déception était grande. Devoir renoncer à une semaine du départ et, pire encore, devoir l’annoncer à Julien, mon binôme pour la première partie de cette aventure, ça m’a mis un gros coup au moral. J’ai encore passé une partie du week-end dernier à peaufiner la trace du retour par la Suisse et par le Massif Central, tout le matos était prêt et nous avions même prévu une ultime sortie de test avec la remorque chargée et une nuit sous tente entre lundi et mardi.

Si Marie n’avait pas insisté pour rouler avec moi ce dimanche matin, je serais probablement encore en train de ruminer ma déception et avec du recul, il aurait été dommage de rester sur le canapé, à regarder tout et n’importe quoi à la télé au lieu de profiter des beaux jours. Comme le souligne fort justement mon ami Philippe, en cette saison, c’est dehors que ça se passe, quand on a le choix !

En manque d’inspiration, j’ai proposé la Forêt de Buzet en me disant qu’elle allait très certainement nous offrir un peu de fraîcheur en cet épisode caniculaire. Je ne pensais pas si bien dire car si la température était plutôt agréable au moment du départ, le thermomètre a très vite grimpé au fil des kilomètres et le sensation de chaleur était encore renforcée par l’absence totale de vent. Nous avons donc pris le chemin de Bazus pour rejoindre Montjoire où nous nous sommes arrêtés une trentaine de minutes chez Jean-Marc à qui Marie tenait à faire une petite visite surprise.

Tout juste le temps d’échanger quelques mots autour d’un café et nous voilà à nouveau en route en direction de Paulhac. C’est ici que, le 31 août dernier et sur ce même chemin agricole permettant de rejoindre la forêt, Marie avait malencontreusement pris une profonde ornière et était très lourdement tombée, se fracturant la clavicule. Je n’ai pas trop de mal à imaginer ce qui devait lui passer par la tête au moment où je lui ai montré l’endroit exact où cela s’était passé. Nous nous sommes même arrêtés le temps d’immortaliser ce retour sur scène, histoire de conjurer le mauvais sort. Neuf mois de souffrances, autant de nuits blanches, une mobilité toujours pas totalement retrouvée en dépit des innombrables heures passées entre les mains de Mathieu, son kiné : je ne pensais pas qu’elle aurait le courage ou l’envie de remonter sur son vélo et nous voilà tous les deux à profiter des magnifiques opportunités d’évasion qu’offre cette Forêt du Buzet.

Finalement, je n’ai pas trop perdu durant ces deux semaines d’inactivité. A ma grande surprise et en dépit d’une petite douleur récurrente au genou gauche à laquelle je me suis fatalement habitué, les jambes répondent assez bien et je passe la succession de côtes, parfois pentues, avec une relative facilité. Certes, le souffle est un peu court par moment, mais je me sens à l’aise même sur les sections de pur gravel avec des sentiers étroits et caillouteux. De son côté, Marie, bien assistée par les 85 Nm de couple du moteur Bosch de son VAE, ne semble avoir aucun mal à me suivre, elle non plus. La montée vers Montastruc-la-Conseillère puis celle vers Saint-Jean-Lherm sont donc de simples formalités malgré des passages entre 7 et 10%. Nous prolongeons le plaisir après le chemin d’Aurival en bifurquant à gauche à l’entrée de Gragnague, en direction de St-Marcel-Paulel. C’est une belle variante que je n’emprunte pas souvent et elle pique un peu sur quelques centaines de mètres, à la hauteur du Ruisseau d’en Galles, mais la partie finale est un peu plus facile.

Après un beau plongeon vers Beaupuy où la descente permet d’atteindre de belles vitesses max (72 km/h aujourd’hui) nous empruntons le chemin du lieu-dit Rivière Longue en longeant la Sausse et nous traversons le Golf St-Gabriel avant de terminer par l’incontournable parc de Malpas.

L’avantage d’avoir une piscine, c’est que les petits coups de chaud ne sont plus un problème. L’eau a beau être un peu fraîche, c’est un bonheur incomparable que de plonger dedans sans même prendre le soin de se déshabiller. Un petit coup sous l’eau douce (notre piscine est au sel) et la tenue est déjà prête à sécher pour resservir à la prochaine sortie. Aurai-je la même énergie une fois que Marie sera partie une semaine dans le Tarn pour garder nos petits enfants, comme chaque année ? Il le faudra bien car Thierry, Sylvie et Bastien m’ont invité à passer quelques jours avec eux dans leur résidence secondaire à Couserans, en Ariège. Je les rejoindrai donc à vélo mercredi car c’est à environ 130 kilomètres d’ici et ce sera peut-être l’occasion de me tester sur un vrai col, le Portet d’Aspet.

Vues : 30

Trace et profil

Download file: VDG_20230813_1303.gpx

Relevés GPS

Départ
13/08/2023 09:03:22
Durée de déplacement
03:19:31
Durée totale
03:58:51
Arrivée
13/08/2023 13:02:13
Distance
59.52 kms
Dénivelé positif
628 m
Vitesse moyenne
17.9 kms/h
Vitesse maximale
72.0 kms/h
Altitude minimale
122 m
Altitude maximale
252 m
Puissance
136 W
Dépense énergétique
1624 kJ

Conditions

Météo
Dégagé
Température
22 °
Humidité
77 %
Vent
6.6 kms/h
Direction du vent
NO

Autres participants

Marie-Laure MEYER LOUTERBACH

Vélo utilisé

Revivre cette sortie

2 commentaires

  • Ce genre de désagrément fait aussi partie de l’aventure, même si cela peut être très frustrant … Ce beau projet ne peut pas tomber à l’eau, tu le programmeras une autre fois !

    • C’est vrai Thierry, j’ai déjà ma petite idée. Le coup a été rude mais mon papa sera toujours à la même place l’année prochaine et il comprendra la gestion des priorités. Plus rien à acheter de particulier, sauf peut-être des pneus neufs. Je viens de les changer mais d’ici là, j’espère qu’ils seront bien usés 😁 Et forcément, le Staff passera entre les mains expertes de l’ami Lionel pour une révision complète.
      Merci pour tes encouragements et ton indéfectible amitié.

Laissez votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.