Des gamins extraordinaires !

Troisième sortie avec les élèves de Lapeyrouse-Fossat, l’école dont Thierry, le président et fondateur d’Ô Gravel est également le directeur.

Le parcours du jour est exactement le même que celui de ma reconnaissance effectuée la veille à deux nuances près :

  • La première, c’est que j’ai un peu trop traîné devant ma tasse de thé, ce matin et comme du coup j’étais un peu à la bourre, j’ai préféré me rendre à l’école en voiture plutôt qu’en vélo, d’où la petite différence de kilométrage et de dénivelé.
  • La deuxième, c’est que le vrai beau temps est revenu et que l’on a eu droit à un avant-goût d’été. Pas au départ où les températures étaient plutôt agréables mais à peine une heure après le départ, le thermomètre est monté en flèche.

L’autre grosse différence, c’est que je n’étais plus seul mais accompagné de près de 70 enfants, 19 encadrants + Jojo et Nicolas, en voiture pour assurer la logistique. Je ne peux évidemment pas tous les citer, même s’ils le mériteraient tous mais je ne résiste pas à l’envie de nommer les 9 petits champions qui composaient le groupe de « clés de 15 » dont Vincent et moi étions responsables.
Un grand bravo donc à April, Camille, Elina, Elise, Hugo, Jade, Malek, Marie-Sarah et Oriane, cette dernière ayant roulé en tête à mes côtés durant quasiment tout le parcours. Une infatigable pipelette mais qui a rarement posé le pied à terre, y compris dans les pentes les plus sévères, imitée en cela par Hugo et Malek. Je n’exagère pas en disant que ces gamins sont extraordinaires car ils m’ont vraiment bluffé. Evidemment, faire grimper des côtes à 10% en plein soleil à des enfants de 10-12 ans, ça s’accompagne forcément de quelques grincements de dents, voire de petites larmes mais tout le monde sans exception a vraiment été très discipliné et courageux, ce qui n’a pas toujours été le cas dans certains autres groupes.

Un coup de chapeau également aux 3 pensionnaires du foyer Marie-Louise de Gratentour / Cépet qui nous ont accompagné sur des tandems pilotés par Thierry, Bruno et une jeune femme dont je n’ai malheureusement pas retenu le prénom. Je trouve formidable cette idée d’associer des personnes en situation de handicap à ces sorties avec les élèves.

Pour ma part, j’ai dû faire quelques petits kilomètres de plus en aller/retour pour épauler Thierry et Eric dont le rôle était d’assurer les navettes. J’ai ainsi pu venir en aide à quelques enfants et même des adultes ayant connu quelques problèmes mécaniques, chercher des groupes égarés, assister les élèves dans certains franchissements difficiles.

Cette sortie avait également une consonnance un peu particulière pour moi car la pause déjeuner avait lieu au mémorial de Fusillés du Bois de la Reulle, un endroit chargé d’histoire où 16 résistants ont été victimes de la barbarie nazie. Leçon d’histoire pour tout le monde, y compris pour les accompagnateurs. En quoi cela me touche t’il particulièrement alors que je ne suis pas natif de la région ? Tout simplement parce que je suis Alsacien tout comme l’était mon papa et qu’il avait à peine 18 ans quand il a été enrôlé de force dans l’armée allemande, au sein de la tristement célèbre Waffen SS Das Reich. Nombre d’alsaciens et de lorrains ont subi le même sort : on les appelait le « Malgré nous« . Il a eu la chance d’échapper au front russe dont très peu sont revenus. Il parlait rarement de cette époque qui l’a profondément et durablement marqué, mais j’ai tout de même appris des décennies plus tard qu’il a été cantonné à Muret. Au risque de se faire fusiller lui aussi, mon papa a réussi à déserter et à rejoindre les forces américaines basées à Loches, en Touraine. Son évasion lui a valu d’être décoré et cité dans un ouvrage dédié à ces résistants. En écoutant les 3 personnes invitées par Thierry pour raconter l’histoire des Fusillés du Bois de la Reulle, j’ai eu une pensée émue pour mon père ainsi que pour toutes ces personnes dont la jeunesse, parfois même la vie, a été sacrifiée.

Je ne veux pas terminer ce récit sur une note triste car la journée a été magnifique. Une trentaine de kilomètres et plus de 8 heures plus tard (pauses comprises), nous avons enfin bouclé la boucle et tout le peloton a eu droit à une haie d’honneur digne du Tour de France de la part des parents qui attendaient leurs rejetons. L’espace d’un instant, je me suis imaginé en vainqueur d’étape au sommet du Mont Ventoux, du Tourmalet ou du Galibier. Retour sur terre mais que c’est bon de rêver !

Vues : 0

Trace et profil

Download file: VDG_20230526_1749.gpx

Relevés GPS

Départ
26/05/2023 09:46:52
Durée de déplacement
04:37:59
Durée totale
08:02:04
Arrivée
26/05/2023 17:48:56
Distance
36.65 kms
Dénivelé positif
378 m
Vitesse moyenne
7.9 kms/h
Vitesse maximale
31.2 kms/h
Altitude minimale
126 m
Altitude maximale
272 m
Puissance
63 W
Dépense énergétique
1045 kJ

Conditions

Météo
Dégagé
Température
16 °
Humidité
79 %
Vent
2.4 kms/h
Direction du vent
NE

Autres participants

Thierry SCHIAVI

Vélo utilisé

Revivre cette sortie