SICOVAL, le retour… avec Marie

J’avais prévu tout autre chose mais Marie s’est invitée à la sortie du jour et je suis toujours très heureux qu’elle se joigne à moi et qu’on partage une balade en amoureux, que ce soit à vélo ou en randonnée pédestre. J’aurais aimé partir un peu plus tôt car le thermomètre a encore (anormalement) grimpé en flèche aujourd’hui pour atteindre et probablement dépasser les 37° C annoncés mais on devait s’occuper en priorité d’un problème administratif qui nous a passablement retardé. De plus, un vent de face assez violent et qui n’a cessé de s’amplifier soufflait dès le départ et a fortement ralenti notre progression sur la première partie, mais pas autant que la crevaison de Marie, sur les hauteurs de Sainte-Foy d’Aigrefeuille.

C’est la première fois que Marie perce et c’était l’occasion de lui montrer comment réparer : une minuscule épine a traversé le pneu. Avec une bombe de mousse, j’aurais probablement pu colmater la chambre sans démonter la roue avant et sortir toute la panoplie : elle en avait bien une dans sa sacoche de guidon mais j’ai dû l’acheter pour mon VTT qui a des valves Schroeder et n’était pas compatible avec la valve Presta. Mea culpa, je n’ai pas vérifié !
En retournant le pneu pour vérifier qu’aucune autre aspérité ne pouvait percer la chambre de rechange, la tringle souple a vrillé et j’ai eu toutes les peines du monde à la remettre correctement en place.

C’est aussi l’occasion de souligner une nouvelle fois la gentillesse de certaines personnes anonymes qui volent spontanément à votre secours sans qu’on ne leur demande rien. Pour réparer plus facilement, nous nous sommes arrêtés le long d’un muret et au bout d’un moment, le propriétaire de la maison, intrigué, est venu proposer son aide. Il a mis à disposition sa pompe à pied et nous a même rempli nos bidons avec de l’eau fraîche. Il ne lira probablement pas ces lignes mais on le remercie quand même.

Fort heureusement, tout est rentré dans l’ordre de ce côté là mais nous avons encore dû lutter contre le vent de face jusqu’au moment d’effectuer un 180° à Caragoudes. Par ailleurs, la chaleur est devenue de plus en plus étouffante à partir de midi et Marie n’apprécie pas trop les parties de manivelles à travers champs. C’est vrai que le parcours du jour comprenait quelques belles portions de gravel qui tabassent bien.

Le retour par Fourquevaux et les sentiers du SICOVAL jusqu’à Odars, Auzielle, et Quint-Fontsegrives était plus tranquille avec des chemins propres et le vent dans le dos. J’aurais aimé prolonger un peu et emprunter une nouvelle fois ce segment assez technique à travers bois que j’ai découvert récemment à la sortie d’Odars mais j’ai préféré renoncer car j’ai estimé que notre escapade était suffisamment longue comme ça et je n’étais pas certain que ma chérie apprécierait certains passages un peu délicats. Depuis sa chute, il y a un an, elle redoute plus que tout de tomber et je dois le prendre en compte.

Marie a pris un bon coup de soleil et moi, j’ai dû composer avec des raideurs dans la nuque qui m’embêtent depuis plusieurs jours, mais le plaisir de rouler ensemble a, une nouvelle fois, pris le dessus sur nos petits déboires respectifs. Bravo ma championne !

Vues : 8

Trace et profil

Download file: VDG_20230908_1619.gpx

Relevés GPS

Départ
08/09/2023 10:20:25
Durée de déplacement
04:04:33
Durée totale
05:27:38
Arrivée
08/09/2023 16:18:03
Distance
68.95 kms
Dénivelé positif
382 m
Vitesse moyenne
16.9 kms/h
Vitesse maximale
40.3 kms/h
Altitude minimale
118 m
Altitude maximale
251 m
Puissance
108 W
Dépense énergétique
1586 kJ

Conditions

Météo
d2GAG2
Température
23 °
Humidité
49 %
Vent
14.1 kms/h
Direction du vent
ESE

Autres participants

Marie-Laure MEYER LOUTERBACH

Vélo utilisé

Revivre cette sortie