Extrême !

Quelle aventure !…
Mon compagnon de route sur les 160 premiers kilomètres est un habitué des longs efforts solitaires. Il n’en est pas à son coup d’essai et il a déjà rejoint Oléron depuis Garidech en roulant une bonne partie de la nuit.

Suite a de nombreux projets avortés, notamment celui de rejoindre l’Alsace en 7 jours et celui de faire Toulouse-Sète-Toulouse par le canal du midi, j’ai proposé à Thierry de l’accompagner sur une partie de son périple. Gilles devait d’ailleurs être de la partie, lui aussi mais il a du renoncer au dernier moment en raison du COVID qui a touché sa famille.

En quoi était-ce si spécial ?
Tout d’abord, la distance : j’ai accompagné Thierry jusqu’à Meilhan-sur-Garonne, soit environ 160 kms et j’ai donc effectué le retour seul alors que Thierry a continué de son côté en direction d’Oléron où sa famille l’attendait. Au total, ça fait donc près de 320 kms dont une partie effectué de nuit puisque nous sommes partis de Castelnau-d’Estrefonds peu après 4h00 du matin.

Mais au-delà de la distance, la chaleur suffocante (20° au départ mais bien plus dans la journée) et la difficulté de se ravitailler en eau. Je pense qu’on a largement dépassé les 40° au plus chaud de l’après-midi et je remercie le bon Dieu (c’est pas tous les jours) d’avoir mis quelques marchands de boissons sur ma route, notamment à Agen et à Castelsarrasin où j’ai pu savourer un délicieux smoothie aux fruits frais, quelques bières, des coca et même une glace à la vanille.

Ajouté à cela un vent trois-quarts face sur une bonne partie du retour et de multiples petits bobos…
Pour finir, mon éclairage a rendu l’âme à une cinquantaine de kilomètres de l’arrivée. Je n’avais pas prévu de finir aussi tard et donc pas rechargé les accus quand j’aurais pu le faire : j’ai donc fini le parcours à la frontale quand la lune ne suffisait plus, manquant plusieurs fois de finir dans le canal.

J’ai eu beaucoup de chance en sortant, presque par hasard, du canal : mes lunettes de soleil adaptée à ma vue ne servaient plus à rien sans lumière suffisante et m’empêchaient de lire la trace correctement : les indications sont pour ainsi dire inexistantes

Oui, c’était extrême, mais ce n’est rien comparé à ce qu’a enduré mon ami Thierry. Alors que j’arrivais enfin au parking où j’ai garé ma voiture, j’apprenais que Thierry était en galère et que, victime de la chaleur, il avait décidé de dormir 4 heures sur un banc avant de repartir. Ce gars est un roc : gros respect pour lui.

Beaucoup de leçons à tirer donc de cette aventure, notamment du point de vue du matériel. C’est le métier que rentre et en tous cas, je recommencerai, surtout si c’est avec Thierry, mon héros, qui est le compagnon idéal pour ce genre d’exercice.

Vues : 2

Trace et profil

Download file: VDR_20220716_2256.gpx

Relevés GPS

Départ
16/07/2022 04:06:41
Durée de déplacement
14:02:06
Durée totale
18:48:50
Arrivée
16/07/2022 22:22:31
Distance
319.96 kms
Dénivelé positif
303 m
Vitesse moyenne
22.8 kms/h
Vitesse maximale
37 kms/h
Altitude minimale
7 m
Altitude maximale
147 m
Puissance
82 W
Dépense énergétique
4152 kJ

Conditions

Météo
Dégagé
Température
20 °
Humidité
56 %
Vent
3.8 kms/h
Direction du vent
OSO

Autres participants

Thierry SCHIAVI

Revivre cette sortie

Laissez le premier commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.