De Toulouse à Narbonne avec Gilles

A J -16 de la Race Across Paris, je n’ai pas fait beaucoup de longue distance cette année, en particulier depuis ma chute à la fin du mois de janvier. Maintenant que mon genou et que ma cuisse vont mieux, il est grand temps de tester le vélo dans sa configuration de course mais aussi et surtout son pilote sur quelque chose d’un peu plus costaud que d’habitude, pour finir de me/nous rassurer.

Je dois avouer que je n’étais pas véritablement enchanté par la proposition de Gilles de rallier Narbonne en passant par la Montagne Noire et de rentrer par le train. Il y a tant de belles choses à faire dans le coin… et puis en y réfléchissant un peu, je me suis vite dit le contraire. Bingo, on y va mais avant ça, je vais me permettre de revisiter une partie de la trace de mon binôme pour éliminer une longue portion de route où l’on risquait de devoir affronter de furieux automobilistes pressés d’aller au travail. Je préfère de loin prendre par les petites routes de campagne que je connais par cœur jusqu’à Caraman et en plus, ça nous rajoutera un peu de dénivelé.

Gilles est donc parti de Cépet pour me rejoindre à Saint-Jean vers 08:15. Comme prévu, nous n’avons pas été dérangés par la circulation, par contre le mauvais temps nous a vite rattrapés vers Auriac-sur-Vendinelle et avec la pluie et le vent, nous avons vite ressenti le froid. Moi qui comptait sur les petites côtes jusqu’à Revel pour m’échauffer avant d’affronter la Montagne Noire, je me suis vite résigné à enfiler ma veste de pluie et Gilles en a fait autant.

Je n’avais jamais effectué la montée de Revel vers Les Cammazes en passant par le Lac de St-Ferréol et pour l’avoir descendu au retour d’une Special Ride avec Ô Gravel, elle me paraissait beaucoup plus difficile qu’en réalité. Nous sommes montés à une allure plutôt raisonnable et plus j’avançais, mieux je me sentais. Rien à voir avec la précédente longue avec Gilles au cours de laquelle j’ai dû me contenter de le suivre à distance. Aujourd’hui, j’avais vraiment les bonnes jambes et de plus, je me rend compte que les pneus slick de 32 mm sont réellement plus véloces que les pneus gravel de 40 mm, même faiblement cramponnés, tout cela en ne sacrifiant pas le confort. Je suis même agréablement surpris par le comportement sur une route mouillée. Je n’en dirai pas autant de la sacoche full frame, pourtant si pratique, mais qui se comporte comme une voile par grand vent. Voilà un point qu’il va peut-être falloir revoir dans mon setup pour Paris car je me suis souvent fait déporter latéralement quand il soufflait de trois-quarts face ou même arrière.

Nous avons effectué un arrêt aux Cammazes pour prendre un café : mauvaise idée ! La patronne n’était vraiment pas accueillante et pendant que je cherchais de quoi grignoter, Gilles s’est fait éjecter de la place à laquelle nous nous étions installés, au prétexte que les clients allaient arriver pour déjeuner. De plus, elle a mis un temps infini pour nous encaisser un café, un coca et un paquet de gâteaux et nous avons dû prendre notre collation sous une terrasse couverte mais glaciale.

Je crois que j’ai claqué des dents pendant une bonne dizaine de kilomètres suivants dans la descente vers Saissac et fort heureusement, la pente vers Saint-Denis nous a permis de nous réchauffer un peu et de reprendre quelques couleurs.

Nous avons ensuite plongé vers Brousses-et-Villaret pour rejoindre Villegailhenc en passant par Fraisse-Cabardès : une longue et belle descente très roulante qui nous a permis de retrouver des températures un peu plus clémentes au fur et à mesure que nous perdions de l’altitude. Enfin un peu de soleil dans un décor qui nous faisait penser à la Provence !

Après un petit arrêt ravito du côté de Conques-sur-Orbiel, nous avons repris la route et, poussés par le vent, nous filions à vive allure sur les routes des vins du Minervois. J’ai eu du mal à soutenir le rythme de Gilles avec mon mono-plateau : j’étais pourtant souvent largement au-delà des 40 km/h et sur ces longues lignes droites, j’ai vraiment apprécié de pouvoir m’allonger sur mes prolongateurs. Ca soulage tellement les mains, les lombaires et les fesses que je ne saurais plus m’en passer.

Les derniers kilomètres vers Narbonne sont de toute beauté et comme nous étions largement en avance par rapport à l’heure de départ de notre train, nous avons pris le temps de faire quelques photos et vidéos.

En regardant la trace enregistrée sur mon GPS, je m’aperçois qu’il m’en manque un bon bout : Gilles totalise plus de 180 km et a effectivement fait 16 km de plus que moi, ce qui n’explique pas la différence. Peu importe, finalement. J’ai vraiment pris du plaisir sur cette sortie et elle a eu le don de me mettre en confiance pour la suite. Aucune douleur ressentie, même au plus fort de la pente et à vrai dire, pas même fatigué en arrivant à la gare de Narbonne : juste un petit échauffement aux fesses qui sera vite soigné à grand renfort de crème A-Derma. J’aurais volontiers continué sur une cinquantaine de kilomètres tellement je me sentais en cannes. Si nous avions su que le train de 18h01 était annoncé avec plus d’une heure de retard…

Au culot, nous avons sauté dans le premier train en partance pour Toulouse et visiblement, nous n’étions pas les seuls dans ce cas. Le contrôleur nous a fait grâce de l’achat d’un nouveau billet que je n’avais de toutes manières pas l’intention de payer.

Gilles était attendu par Aïcha à la gare de Toulouse et pour ma part, j’ai fini de savourer cette belle journée en rentrant à Saint-Jean en pédalant. Prochain rendez-vous dans deux jours, sur le parcours du dernier BRM 200 de Muret.

Vues : 18

Trace et profil

Download file: VDG_20240410_2026.gpx

Relevés GPS

Départ
10/04/2024 08:21:28
Durée de déplacement
06:53:05
Durée totale
08:11:14
Arrivée
10/04/2024 16:10:09
Distance
161.89 kms
Dénivelé positif
1440 m
Vitesse moyenne
23.6 kms/h
Vitesse maximale
53.8 kms/h
Altitude minimale
40 m
Altitude maximale
663 m
Puissance
192 W
Dépense énergétique
4508 kJ

Conditions

Météo
Pluie et vent
Température
7 °
Humidité
92 %
Vent
15.7 kms/h
Direction du vent
ONO

Autres participants

Gilles BARRAUD

Vélo utilisé

Revivre cette sortie